11/12/2009

LES CONTEMPLATIVES DE KATHARINE

 

P1010418.JPG

Katharine Dominice pose sur vous un regard tranquille, si profond. Cette belle jeune femme qui paraît fragile et dont le visage s’empourpre superbement au fil de la conversation: une phrase, un mot qui la touche, tandis qu’en arrière-fond, on pressent  cette résistance qui se devine à peine et qui lui confère une force magnifique;  celle d’aller jusqu’au bout de ses rêves.

Cette ancienne Pâquisarde,  suisse d’origine américaine, s’est intéressée au cinéma dès l’âge de 15 ans, attirée d’abord par l’écriture, elle trouve l’exercice trop solitaire. La magie du film "les Ailes du Désir" puis la relation entre réalisateur et ingénieur du son dans "Lisbon Story", deux films de Wim Wenders qui la passionnent. Elle se rend compte qu'on peut raconter une histoire en images et de manière très personnelle. Aussitôt, elle achète  une caméra et filme ses camarades d’école. Plus tard, elle peaufine son art avec un stage à New York où elle apprendra à tourner,  en noir et blanc,  au moyen d’une caméra 16 mm et  se parfait avec une formation de quatre ans en Belgique, à l’Institut des Arts de Diffusion (IAD), option réalisation cinéma. De retour en Suisse, elle travaille comme assistante de production et découvre le métier sous un autre angle.

 

 

Un mois de vacances au Japon à loger, entre autres,  dans les monastères et observer les moines bouddhistes aller et venir dans un silence sépulcral persuade la réalisatrice que dans les monastères,  en Suisse, il doit aussi y avoir quelque chose à découvrir.

Chercher le sens de cette vie monacale, la découvrir et nous la présenter à travers un film documentaire qu’il fallait avoir le courage de réaliser. Inviter le spectateur à entrer dans cet univers feutré si loin du monde, se demander comment vit-on, aujourd'hui, la vie monastique, tel est le défi relevé par Katharine. Bel exercice, courageux dans cette ère du zapping et de la vitesse et qu’elle a réussi avec talent.

FrontalNonnes équipe.jpgUne lettre du projet en poche, elle se rend en personne au Monastère de la Visitation à Fribourg, au parloir, elle explique son intention. La mère supérieure contrairement à toute attente, très simplement l’invite à partager, durant trois jours, leur vie de moniales. Une expérience forte, à se retrouver seule en face de soi-même, dans un décor épuré. De culture protestante, elle découvre un catholicisme qui la confronte à ses propres valeurs. Convaincue, elle mènera son projet jusqu’à la réalisation du documentaire tourné dans trois monastères différents.

Une caméra discrète, non intrusive, à l’image de la réalisatrice, qui nous ouvre les portes du renoncement, de la prière et du silence. Une vie ponctuée par des rituels précis, des prières, des moments de vie en communauté. Une communauté qui connaît aussi parfois ses tensions, ses instants de solidarité. Les témoignages des soeurs nous émeuvent par leur sincérité et leur engagement sur toute une vie, un choix véritable avec ses moments de doute. On découvre l’organisation d’une vie qui pour elles est empreinte de liberté même recluses entre quatre murs, car le chemin intérieur, la quête d’absolu offrent des horizons infinis.

A l’issue de la projection, on ne peut que s’interroger sur ses propres choix de sens à la vie , ou ses non-choix, sur sa propre quête existentielle. Comment se manifeste-t-elle dans cette frénésie, dans cette fureur et ce bruit dans lesquels nous évoluons?

La réalisatrice suggère une réponse par les biais d’ images longuement arrêtées sur des paysages vallonnés , des ciels chamarrés, des jardins aux couleurs éclatantes, des rais de lumière magiques. Une petite voix intérieure timide mais persistante, nous souffle  : "la beauté est sans doute aussi une réponse à la quête d’asbolu, elle donne un sens à la vie,  elle est une expérience aussi intime que la foi."

 

Depuis le 9 décembre au cinéma Bio à Carouge et aux Galeries à Lausanne.

Séance spéciale du documentaire "Soeurs" de Katharine Dominice en présence de l'équipe le lundi 14 décembre à 18h45 au cinéma Bio
Dès le 16 décembre à Delémont
Depuis le 2 décembre à Fribourg (Rex)

Janvier en Valais


 

http://www.soeurs-lefilm.ch/la_realisatrice_biofilmographie.php?page=3