21/09/2012

Pour le respect des droits des enfants tibétains

get_attachment-1.php.jpegPalais Wilson - 3ème manifestation de la 2ème année d’une campagne de 2 ans organisée par la Communauté Tibétaine de Suisse et du Liechtenstein : Les Nations Unies doivent envoyer une commission d’enquête indépendante au Tibet maintenant ! 

Les Tibétains des sections Rapperswil-Jona/Uznach-Wattwil et leurs sympathisants réclament le « respect des Droits des enfants Tibétains » et rappellent à la communauté internationale le risque avéré de la disparition immédiate du langage et de la culture tibétaine occasionné par des plans chinois mis en œuvre actuellement pour une nouvelle politique sur le langage dans les écoles ainsi que par la mise en œuvre de mesure de répression suite aux récentes immolations qui touchent indirectement les écoles tibétaines. Les détentions arbitraires ainsi que la torture restent largement et systématiquement utilisés dans la politique de répression chinoise allant même jusqu’à être exercés envers des enfants, ce qui est encore pire.

get_attachment-2.php.jpegLes plans des autorités gouvernementales d’imposer le Chinois Mandarin comme langue principale dans l’enseignement dans les écoles tibétaines d’ici 2015 demeurent une des plus grandes menaces pour la culture tibétaine. Tous les cours et les manuels devront être en Chinois d’ici 2015 à l’exception des cours de Tibétain et d’Anglais. Ceci ne rabaissera pas seulement le Tibétain à une langue de 2ème catégorie en un temps record mais sera une menace majeure pour l’identité culturelle des enfants tibétains.

Tous ces plans ainsi que la réalité actuelle de l’enseignement représentent une violation flagrante de l’Article 37 de la Constitution de la République Populaire de Chine sur l’Autonomie Régionale des Nationalités qui demande que les minorités nationales utilisent leur propre langue comme moyen d’éducation. Dans les faits, les dirigeants chinois ont toujours eu comme but de détruire la langue et la culture Tibétaine et de la remplacer par le chinois afin d’avoir le contrôle total sur le Tibet. C’est pourquoi, dans toutes les régions tibétaines et à tous les niveaux de l’enseignement, le Tibétain est peu à peu remplacé par le Chinois.

get_attachment.php.jpegLe manque d’accès à une éducation adéquate et la discrimination culturelle ont conduit de nombreux parents à envoyer leurs enfants à l’étranger en risquant leur vie dans la traversée de l’Himalaya. Les mesures de répression des autorités, à la suite des nombreuses immolations, touchent également les écoles Tibétaines. Au mois d’avril dernier, une école privée Tibétaine à Kardze, enseignant la langue et la culture Tibétaine, a été fermée et le Doyen et un professeur d’Anglais arrêtés. Au mois de juin, trois enseignants à Rebkong ont été retirés d’une école locale sur des allégations de participation à la vague de protestations après l’annonce de la nouvelle politique sur la langue officielle. Les Autorités n’ont pas hésité à arrêter également des mineurs pour des raisons de désaccord politique et à leur faire subir les mêmes traitements cruels qu’aux adultes.



Nous demandons aux Nations Unies de soutenir nos revendications :

-         de cesser immédiatement la mise en œuvre des plans visant à imposer le Chinois Mandarin dans les écoles Tibétaines.

-         de cesser immédiatement les mesures de répression dans les écoles Tibétaines et de libérer tous les enseignants ainsi que les étudiants emprisonnés.

-         de remettre à l’ordre du jour la question Tibétaine en se basant sur les résolutions de 1959, 1961 et 1965 et de faire des efforts afin de faire appliquer l’essence même de ces résolutions.

-         d’envoyer une mission d’enquête indépendante et libre de mouvement au Tibet.

Contact : Mr. Karma Gongyue 079 944 39 84

 

get_attachment-3.php.jpeg

 

 

Un grand merci pour ces photos  à Bruno Toffano, la suite des photos  sur son blog Tribune de Genève

http://aphroditepixart.blog.tdg.ch/

 

Pour découvrir mon site  http://www.djemaachraiti.ch

 

17/09/2012

Les Arabes ? Des gens comme les autres

get_attachment.jpg

 Une photo sympathique qui montre les parents, le nez rivé sur leur portable tandis que l'adolescent patiente en position de sumo, très zen.


Un grand merci pour cette photo  à Bruno Toffano, la suite des photos  sur son site récemment lancé sous les blogs de la Tribune de Genève

http://aphroditepixart.blog.tdg.ch/


14/09/2012

La gare Cornavin – La passion des gares

 

get_attachment.php.jpegIl n'y a guère rien de plus enthousiasmant que l’ambiance d’une gare. Il suffit de s’asseoir et de s’accorder le temps d’observer et vous découvrirez mille et une saynètes plus passionnantes les unes que le autres.

Celle des vélos, est une de mes favorites. En face de la gare Cornavin, les vélos s’entassent pêle-mêle, toutes roues confondues, et fourches entremêlées. Les voyageurs qui viennent récupérer leur vélo, se déversent en courant  hors de la gare et tentent désespérement d’identifier leur bien, déplacé depuis le dernier voyage, couché, caché sous une masse métallique devenue informe. Et si on revient d’une longue fête bien arrosée à Lausanne ou Zürich, le jeu du « mikado-vélo » se complexifie quand la vue est trouble et que l'on voit deux vélos à la place d'un. 

La dernière fois, une jeune fille, effectivement perdue dans cette forêt de roues et de guidons, a fini par sortir son miroir et observer longuement ses dents;  si bien alignées, si droites, si blanches, si disciplinées pour ramener son regard fatigué sur ce tas confus. Une autre façon de méditer et de prendre une certaine distance avec l'intangible réalité. 

 

get_attachment-1.php.jpeg

 

Et puis certains vivent d’autres aventures non moins passionnantes, comme celles de pousser un camping-car  trop haut et qui reste coincé sous le portique trop bas de l'entrée du   parking Cornavin et qui demeure résolument coincé, impossible de reculer ou d'avancer !  Et les policiers sont déjà là;  à constater ce qui ressemble étrangement,  à une grande distraction qui va coûter quelques billets et autant de souvenirs qui animeront les longues soirées d'hiver du conducteur étourdi. 

 

 


Un grand merci pour ces photos  à Bruno Toffano, la suite des photos  sur son blog Tribune de Genève

http://aphroditepixart.blog.tdg.ch/

 

Pour découvrir mon site  http://www.djemaachraiti.ch

 

10/09/2012

De la gare Cornavin à Culoz – Le cimetière des trains

get_attachment-3.php.jpegDorénavant, seul le vent traverse ces wagons laissés à l’abandon; dans un cimetière de trains ou un mouroir.   Une locomotive a tiré ce qui est devenu depuis  un tas de ferraille. Traînés hors de l’arène,  pareils à ces taureaux de corrida, achevés, que l’on sort emportés par des charrettes  poussées par des chevaux, sous les hourras passionnés des aficionados qui se sont repus du spectacle de la mort,  au son d’un paso doble. Mais là, ni musica, ni fanfare. La masse lourde est reléguée aux oubliettes,  sur des rails entre lesquelles poussent la chienlit. Dans un silence effrayant.

 

 

Adieu,  le cri des enfants joyeux qui partaient leurs sacs à dos remplis de friandises pour la colonie de vacances. Les hommes et les femmes  pressés de se rendre au travail tapant fébrilement sur les touches de leurs  ordinateurs, emplis de rêves de promotion et de succès.  Adieu, les couples serrés,  l’un contre l’autre, dans les petits matins froids, d’une aube naissante. Les bidasses qui riaient aux éclats après de lourdes plaisanteries.  Un étudiant qui,  chaque matin,  potassait ses cours, murmurant entre ses lèvres des chapitres qu’il ingurgitait d’une traite. Et ces petites vieilles dames si élégantes avec leur chapeau, à qui il fallait toujours porter les valises,  si lourdes; les secrets d'une vie finissent toujours par peser. 

Et le sifflet du chef de gare qui arborait dignement sa casquette à visière noire et  insigne dorée et qui donnait le  signal du départ ;  un son strident qui emplissait la gare et faisait frémir d’impatience  les voyageurs.  Puis,   doucement d'abord, la lente machine démarrait péniblement et  finissait par filer,  légère, droit devant elle, imposante et fière. La belle agitation n’est plus qu’un souvenir.

Ah ! Comme pour les hommes, il est dur de vieillir, on vous poste dans un coin et on vous laisse livré  à vos souvenirs, ceux  du temps où vous étiez encore si vaillant et si entouré. Et les machines, c'est comme les hommes, et les hommes comme les machines;  il faut rouler de plus en plus vite, sinon, gare à la casse ! 

 Seul le vent  fredonne sa  chanson entre les sièges si vides, la chanson du temps qui passe .

 

get_attachment-4.php.jpeg

get_attachment-1.php.jpeg

 

Un grand merci pour ces photos à Bruno Toffano, la suite des photos  sur son site récemment lancé sous les blogs de la Tribune de Genève

http://aphroditepixart.blog.tdg.ch/


06/09/2012

La gare Cornavin – Le train de la vie

get_attachment-1.php.jpegSur des quais, dans une longue attente, les trains ont passé. Sur un quai désert, un espoir secret de filer à deux sur les rails de la vie;  on roulait si bien, on a manqué quelques arrêts, le cliquetis chantant des roues nous a bercés,  quand tout a déraillé. Comment ? Difficile de se souvenir, on n'a rien vu venir. Un matin, le paysage de notre vie était plongé dans une brume, si profonde, si  dense qu'elle nous a ensevelis.  Prochaine station, tout le monde descend !  A cette station si solitaire et si glaciale, qu'on n'a  pas voulue et qu'on n'a jamais plus quittée. 

On les a laissés filer ces trains, puis sans qu’on le veuille, un jour, on doit monter. Qui sait pourquoi, qui sait comment ; une guerre, une séparation, une rencontre.  Un train à la destination inconnue; une tache à l’horizon parsemée de points d’interrogation.

 

Les gens passent, courent, affolés ils semblent pressés, chacun court vers son destin, la peur de manquer un train, celui qu'on s'est choisi,  le bon cette fois-ci, c’est sûr ! 


get_attachment.php.jpegLes trains qui roulent, la vie qui s’écoule. Les trains se font  rares, les quais sont maintenant désertés. Les aiguilles ont tourné, sans qu'on s'en aperçoive.   Les moments de bonheur se sont volatilisés;  il ne reste plus que le temps infini, attendre encore ces trains qui ne viendront plus. Et partir pour aller où ?  Au bout de soi, au bout du chemin.

Mais les aiguilles, elles, n'ont eu de cesse d'avancer, et nous avec,  inlassablement, en un tic-tac si régulier qu’on le croyait éternel notre temps, le train de la vie a filé si vite, on n'a rien vu  va passer. 

Il est temps de partir, un train a stationné en un grincement affreux, pour un dernier voyage, maintenant c'est lui qui nous attend. 

 

 

 

 

get_attachment-2.php.jpeg

 

 

Un grand merci pour ces photos à Bruno Toffano, la suite des photos  sur son site récemment lancé sous les blogs de la Tribune de Genève

http://aphroditepixart.blog.tdg.ch/

 

si vous souhaitez accéder à mon site web http://www.djemaachraiti.ch/

02/09/2012

Joutes, huîtres et sangliers aux Bains des Pâquis

get_attachment-1.php.jpegLes Bains des Pâquis ont vécu ce week-end   au rythme frénétique des célébrations, un quadruple jubilé : 25 ans pour l’Association d’Usagers des Bains des Pâquis et pour lesquels  on a vu défiler :  joutes, concerts et sangliers tournant sur leur broche. Après les 140  ans de la Construction des Bains, les 80 ans de leur restauration en béton et les 15 ans de la course autour du phare.

Touristes et Genevois ont participé à ces festivités dans une ambiance éclectique. Huîtres sétoises et Picpoul, sangliers à la broche. Quant aux jouteurs issus de la Jeune Lance Mèzoise du Languedoc- Roussillon,  ils étaient dithyrambiques sur l’accueil des Genevois , si « patients » et si « serviables ».

En fin d’après-midi,  on pouvait les voir manger une fondue,  à pied levé,  debout devant la buvette, une petite dernière avant de reprendre la route et encore fiers d’avoir offert aux 500 yeux ébahis des joutes magnifiques.  Un "Jubilons 2012", jubilatoire pour nos jouteurs qui semblaient avoir sacrément bien arrosé le sanglier: " ça fait soif ces bêtes-là, à tourner dans le chaud  !" 

get_attachment.php.jpeg

get_attachment-2.php.jpeg

get_attachment-3.php.jpeg


Un grand merci pour ces photos à Bruno Toffano, la suite des photos  sur son site récemment lancé sous les blogs de la Tribune de Genève

http://aphroditepixart.blog.tdg.ch/