13/05/2010

POUR QUOI ET POUR QUI UN BLOG ?

 

P1010849.jpgSans trop me poser de questions, je me suis lancée dans cette aventure, il y a deux ans. Rêvassant dans les rues des Pâquis, j'imaginai créer un bureau d'écrivain bénévole, songeant qu'il était  de notre devoir de donner une voix et une plume à ceux qui n'ont pas la chance d'en avoir.

Finalement, un ami m'a suggéré de développer un projet en collaboration avec l'Espace Solidaire des Pâquis, de retour de Londres, je leur proposai la création d'un Bureau Citoyen sur le modèle anglais et qui consistait à venir en aide à toute personne pour tout type de requête: correspondance, CV, aide administrative, etc.  L'idée est retenue, réalisée et adaptée au contexte genevois, aujourd'hui ce ne sont pas moins de 1'200 personnes par mois qui ont recours à cet espace solidaire.

En parallèle, souvent fourrée aux Pâquis et grande admiratrice de Naguib Mahfouz et de son  "Impasse des deux Palais ou du "Passage des Miracles", je pensais que ce quartier se prêterait bien à une saga. Un quartier avec ses courtisanes, ses dealers, ses homosexuels, ses  flics, ses philosophes,  poètes et photographes, ses hôtels chics et ses bouges, ce flot continu de  touristes issus du monde entier. Soit, sous mes yeux, tout un matériau pour un roman où le vice fraie avec la grandeur, destins croisés et contrariés,  autant de tableaux juxtaposés peut-être dans une seule et unique rue ? Celle de  la rue de Berne.

Mais encore ! Le goût d'écrire, le goût des autres, aimer raconter. Et avec ce regret de ne pas savoir peindre, alors par défaut, je décris avec minutie et beaucoup de couleurs le monde qui nous entoure et m'accroche aux paroles de ceux qui me racontent des histoires, tandis qu'ils parlent, ils mettent sans le savoir en branle un processus artistique, des paysages qui défilent, des bruits, des ambiances, l'imaginaire prend son envol irrésistiblement. J'accroche à leurs mots des ailes.

Le blog reste un espace citoyen, très proche du terrain, il raconte l'histoire de la rue et parfois s'en fait l'écho, un regard libre, désintéressé, animé essentiellement par le plaisir d'écrire et de raconter une histoire avec talent et passion ou du moins de tout faire pour.

 

 

Les commentaires sont fermés.