18/12/2009

Deale qui peut - Du gourbis aux Pâquis

2016618663.JPG.jpeg

22h – Les températures hivernales frisent – 2 degrés. J’ai hésité entre les baskets pour prendre mes jambes à mon cou ou les chaussures de ville, j’opte pour des bottes à talons plats. J ’entre en saluant très fort:  “Que la paix soit sur vous !” , ils répondent d’une seule voix. Ils sont une dizaine entassés dans le resto burek-kebab, ils sont âgés pour la plupart de 25 à 32 ans maximum, et semblent issus de milieux très pauvres. J’imagine les gourbis d’Algérie, tous entassés dans une même pièce avec 25% de chômage chez les jeunes, lorsqu’on pense à la richesse du pays, entre le pétrole et le gaz, mais cette richesse selon l’adage populaire n’est pas destinée au peuple.

Les pupilles de certains en disent long, sombres et agrandies sur des mirages. Un long échalas à moitié assis sur un tabouret haut, n'a plus que deux ou trois dents, longues et brunes, rescapées d'un probable carnage,  elles bougent à chaque fois qu'il ouvre la bouche.  Les deux employés du resto s’activent à enfourner les lamelles de viande dans la pita ronde. A l’intérieur, il fait chaud, la promiscuité aidant.

Je me présente  brièvement, auteure, ils demandent à voir aussitôt ce que j’écris , je m'y attendais, du coup, j’extrais de mon sac une affichette qui présente mon premier roman “Les clandestins de ma grand-mère”- résultat d’un an d’enquête sur les travailleurs de l’ombre clandestins colombiens à Genève. Ils sont rassurés. Non pas de camera cachée, non pas de photos sans votre accord  ! J’insiste là-dessus.

Curieux, un des jeunes Algérien s’enquiert de savoir ce qu’ils ont à y gagner. J’hésite et réponds à être connu,  peut-être. Il hausse les épaules, l’air de dire que ça ne le nourrira pas.

Ils se mettent à parler tous en même temps, le ton monte très vite. Certains veulent parler,  d'autres pas, les seconds empêchent les premiers de s'exprimer.  L’employé devient très nerveux, il insiste en disant que le gérant n’est pas là, qu'il est préférable de remettre cette rencontre à une autre fois.  L’ambiance est électrique.

En sortant, un homme à l'écharpe motif "Burberry" lâche en désignant de la tête mon carnet de notes : "écris que l’Algérie a été volée, mise à sac par les colons !  On est venu nous chercher et bien nous voici."  Je précise qu’il s’agissait de Français et pas de Suisses, pour lui c’est tout du pareil au même . Les pauvres exploités d’un côté, les riches qui exploitent de l’autre.

Un jeune plaisante, il cherche à se marier, je lui dis ne pas être une agente matrimoniale. Les Zizous ce sont les Marocains, eux ce sont les Algériens, à ne pas confondre. Ils disent cela d’un ton méprisant.

L’employé suffoque, il est stressé, il m’invite à revenir en présence du gérant. “Laissez-nous travailler !”. Il a peur que ça tourne mal, personnellement, je trouve les conditions difficiles. Ils entrent et sortent rapidement, je parle en ayant l'oeil rivé vers la porte. Deux autres m'invitent à m'asseoir à leur table pour discuter, les plus âgés les dissuadent.

Je promets de revenir “Inch’Allah” selon l’expression usuelle.

 

 

 

 

 

 

 

23:42 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (21)

Commentaires

Les pauvres diables. Non acclimatés à nos conditions climatiques rudes, il feraient mieux rester chez eux. Pour faire quoi? Crever de faim ou de froid? Qu'est-ce qui est mieux ?
Non, il faut travailler la terre, car elle est notre nourrice. Encore faut-il trouver un bout de terre. Mais elle est exigeante. D'abord, il faut la nourrir (engrais naturel, eau), ensuite il faut semer avant de récolter. Djemâa, je vois le salut dans le travail, mais il faut de la volonté et de la patience.
Planter des arbres, des fruits, des légumes, voilà ce que serait un apport pour améliorer l'environnement et lutter contre le réchauffement. Le rêve: à chacun sa petite oasis; suis-je idéaliste ?

Écrit par : Etoile de Neige | 19/12/2009

Djemâa,

Vous avez omis de nous informer des des heurts entre égyptiens et algériens suite à la cabale footballistique dont la presse international nous a que très sommairement fait le l'historique.
Il ne faut pas oublier le caillassage de l'équipe d'Algérie au Caire, non, pas celui fait il y quelques semaines, celui de 1958, à l'époque ou Nasser avait la grande ambition de devenir le Raïs de toutes les nations arabes, à l'époque où le FLN faisait de l'ombre au Raïs égyptiens, quand Nasser déconseillait avec insistance à Ben Bella de mener à bien son indépendance.
En 1956, 7 des joueurs de l'équipe de France de foot étaient algérien, suite aux pression de FLN, ils ont rejoins l'Algérie par l'Italie pour renforcer les rangs de leur équipe national qui se préparait pour rencontrer l'équipe égyptienne, déjà et surtout à cette époque, les conflits se réglaient à coups de match de foot.
En 58, malgré tous les efforts consentis par Ben-Bella, l'Algérie perdit 3 à 0 contre l'Egypte, 5 à 0 contre l'Irak et finit quasi dernière de la sélection, malgré le rapatriement de ses excellents joueurs entraînés par l'équipe de France.
Donc, pour revenir à nos mouton, il y a eu plusieurs rixes au Paquis, dont qui a finit aux urgences, couteau oblige, suite à cette longue épopée sportive.
Deuxièmement, sans vouloir culpabiliser les citoyens suisses, tout le fric des pays maghrébins, dort dans des banques suisses, ce qui reste la principale cause de leur présence dans ce pays, si ravissant !

Écrit par : corto | 19/12/2009

Djemâa,

Vous avez omis de nous informer des des heurts entre égyptiens et algériens suite à la cabale footballistique dont la presse international nous a que très sommairement fait le l'historique.
Il ne faut pas oublier le caillassage de l'équipe d'Algérie au Caire, non, pas celui fait il y quelques semaines, celui de 1958, à l'époque ou Nasser avait la grande ambition de devenir le Raïs de toutes les nations arabes, à l'époque où le FLN faisait de l'ombre au Raïs égyptiens, quand Nasser déconseillait avec insistance à Ben Bella de mener à bien son indépendance.
En 1956, 7 des joueurs de l'équipe de France de foot étaient algérien, suite aux pression de FLN, ils ont rejoins l'Algérie par l'Italie pour renforcer les rangs de leur équipe national qui se préparait pour rencontrer l'équipe égyptienne, déjà et surtout à cette époque, les conflits se réglaient à coups de match de foot.
En 58, malgré tous les efforts consentis par Ben-Bella, l'Algérie perdit 3 à 0 contre l'Egypte, 5 à 0 contre l'Irak et finit quasi dernière de la sélection, malgré le rapatriement de ses excellents joueurs entraînés par l'équipe de France.
Donc, pour revenir à nos mouton, il y a eu plusieurs rixes au Paquis, dont qui a finit aux urgences, couteau oblige, suite à cette longue épopée sportive.
Deuxièmement, sans vouloir culpabiliser les citoyens suisses, tout le fric des pays maghrébins, dort dans des banques suisses, ce qui reste la principale cause de leur présence dans ce pays, si ravissant !

Écrit par : corto | 19/12/2009

*corto, tous les chefs de gouvernement sont des véreux, en planquant le fric du peuple à l'étranger, à commencer par Kadhafi. La Suisse (pas moi) en profite, et d'autres pays aussi. Notre veste n'est pas plus blanche que celle des Anglais ou Français, sans mentionner les Amerlocks, c'est vrai, mais si ce n'est pas nous, ce sont les autres qui sauterons dans la brèche sans hésiter une seconde, comme c'est aussi le cas avec la fabrication d'armes. Les marchands de mort n'ont pas de scrupules pour aller prier à l'Eglise ou à la Mosquée pour trouver l'absolution divine.
L'idéal n'existe pas, avec ou sans Christianisme, avec ou sans Judaïsme, avec ou sans Islamisme. Tirons notre épingle du jeu au mieux de notre conscience et existence, sans emm ... la moitié du Globe
Oui, Inch'Allah

Écrit par : Etoile de Neige | 19/12/2009

@ Etoile de Neige: -tous les chefs de gouvernement sont des véreux- Le Chef du Gouvernement Suisse aussi selon vous ?

Écrit par : ronchons nous ? | 19/12/2009

*ronchons ... oui, s'il emploie l'argent du contribuable à d'autres fins que prévu par les deux Conseils !

Écrit par : Etoile de Neige | 19/12/2009

Salut Djemaa,
vous portez un joli nom, cela fait rappeler de notre journée préféré comme musulmans ainsi qu'arabes.
J'ai lu ton article plusieurs fois, ce que j'ai pu constater c'est que premièrement, celui qui écrit (ben, le narrateur ici) apparut étranger(ère) ainsi que son comportement se voit différents à ceux qu'ils rencontrent, est-ce j'ai raison?
D'une autre part, les banlieues restaient les endroits les plus obscures (à Paris par exemple...), mais tout ce que je sais modestement, c'est que ces coins là faisaient ses nids d'existence dans toutes les grandes ville du monde (São Paulo, un autre exemple...)
J'avoue courageusement que l'image de votre note n'est pas encore tout à fait claire pour moi!
Enfin, vos lignes me rappelaient aussi d'un certain Kateb.
Bien à vous.
M.F.

Écrit par : Mohamed Ftelina | 19/12/2009

Bravo, ça c'est de l'information ! Peu importe les avis des cons et des moins cons, c'est comme ça que ça se passe et effectivement tant qu'il y aura un marché, il y aura de l'offre ! Il n'y a pas plus économique que ça !

Et ceux qui seront reconduits à la frontière seront remplacés par d'autres. Et si, comme cela semble être le voeux de beaucoup, tous les dealers étrangers étaient un jour jetés dehors, ça serait les suisses qui prendraient le relais du marché de la drogue, j'imagine que cela serait alors moins intolérable !?!

Mais vivement la suite de cette passionnante immersion... là où ça se passe !!!

Écrit par : Vincent | 19/12/2009

En sortant, un homme à l'écharpe motif "Burberry" lâche en désignant de la tête mon carnet de notes : "écris que l’Algérie a été volée, mise à sac par les colons ! On est venu nous chercher et bien nous voici." Une explication "bateau" qui n'excuse rien car ces zizous sont de simples "droits communs". Je connais des berbères algériens pauvres de l'Atlas qui ont réussi à étudier, émigrer en Europe et se hisser dans de bonnes situations mais c'est vrai que les Kabyles ne sont pas des arabes et ceci explique cela.

Écrit par : demain | 19/12/2009

@MF - Merci pour vos quelques lignes qui montrent que vous avez bien lu le billet. Effectivement, j'ai le bonheur absolu de m'appeler "vendredi" tuniso-suisse de naissance. Concernant la distance du narrateur, vous soulevez tout le problème de la narration. Il est difficile de m'associer à mes sujets, ils sont sous la loupe du narrateur. Ils sont très jeunes, une génération nous sépare, ils viennent d'un monde qui n'est pas tout à fait le mien. Celui des dealers est une culture en soi et qu'on juge le moins possible. L'écrivain reste un peintre, il décrit, ajoute des ombres et des couleurs, met en exergue ce qui se passe entre les lignes, hors regard et préjugés. Il raconte le monde. Quant au lien avec Kateb, vous me faites rougir, le chemin entre lui et moi est abyssal.

Écrit par : djemâa | 19/12/2009

@ demain : Vous évoquez les Kabyles mais ne dites rien au sujet des Chaouis...

Écrit par : Kissa | 19/12/2009

Les Européens utilisaient le mot Kabyles pour désigner tous les montagnards. Le terme chawi(chaouis) est donné à toute la population des Aurès. Le terme Chaouis est vu comme péjoratif par certains car liés à quelqu'un de têtu. Les Kabyles en Algérie sont les plus nombreux et sont berbérophones (5 millions), puis les Mozabites, les Chéouis, les Chelda. Les Berbères représentent 25% de la population totale en Algérie mais les berbères représentent 40% de la population marocaine. Ils y en a aussi en Mauritanie, Libye, un peu en Egypte

Écrit par : demain | 20/12/2009

Tout ce que je peux vous assurer, c'est qu'autour de cette après-crise se fomente une violence dont vous n'avez pas idée !

Écrit par : corto | 20/12/2009

*corto, nous vivons dans une société de consommation, de sur-consommation je dirais même, et va de pair avec la violence, visuel, verbal et en actes, attisée par le média (radio, TV, films, journeaux).
Faut-il abdiquer, laisser faire ou intervenir avec force ?
On ne peut, au nom de la liberté, tout accepter. Comme avec les enfants, il faut savoir fixer les limites et s'y tenir. Insulter c'est people et il ne faut pas s'abaisser à cette pratique. Il vaut mieux se mettre au dessus et donner le bon exemple, en se focalisant sur les bonnes et belles choses de la vie.
Je considère les drogués comme des malades de notre société excessive, mal dans leur peau, ne sachant pas accepter notre style de vie.

Écrit par : Etoile de Neige | 21/12/2009

*djemâa, les peuplades de l'Afrique du Nord, ne sont-ils pas un brin trop violents? Il me semble que la vie d'un personne n'a pas autant de valeur que dans notre société occidentale et là je mets les Musulmans en cause (meurtres, lapidations). Sans être raciste, citez-moi un seul coin du monde, où il n'y pas de m... sans implication d'Islamistes. Faites-moi démentir, ma chère voilée et je viendrai prier avec vous à la Mosquée !
Inch'Allah

Écrit par : Etoile de Neige | 21/12/2009

A part ça, les limites en matière de sucer des pays de toutes leurs devises au travers de touts ces dictateurs pourris, on peut se demander si ils ne sont pas un peu (beaucoup) soutenus, voir mis en place, par les banquiers suisses, là aussi, il y a des limites, bien plus grave que de commettre des délits de la rue ! Gentil Etoile de Neige !

Écrit par : corto | 22/12/2009

*djemâa, voler au secours d'une amie (Sénégal) c'est magnifique. Vous me devenez carrément sympa. Je vous vois sous un autre jour et aimerait vous découvrir davantage, avec ou sans voile. Si je n'étais pas engagé ici, je viendrais volontiers donner un coup de main. Vous cherchez du capital. Tâtonnez du côté banques (prêts). Créer une société anonyme pour trouver de l'argent est également une solution ! J'ai une devise: Aides-toi et Dieu t'aidera. Vous pouvez l'interchanger avec Allah, si vous en sentez le besoin. Le résultat sera le même.

Profitez bien de notre fête chrétienne, Joyeux Noël, synonyme de Paix, mais malheureusement déformée en mercantilisme. A nous de nous adapter et trouver la sérénité ! Alors, bon séjour là-bas, sirotez un jus à l'ombre des palmiers et ... priez pour la paix entre nous, ainsi soit-il

Écrit par : Etoile de Neige | 22/12/2009

*corto, merci pour le Gentil ... et sachez que tous les banquiers suisses ne sont pas pourris. Et si on vous offre une perle, vous crachez dessus en la refusant ? C'est très people de critiquer une noble profession, la plupart du temps par jalousie, au lieu de leur reconnaître la bonne gestion de l'argent que nous leur avons confié. Il y a eu un couac, mais c'est l'exception qui confirme la règle !
Joyeux Noël à tous les bloggeurs qui trouvent les mots justes pour dialoguer, sans insulter, et qui acceptent les point de vues différents.

Écrit par : Etoile de Neige | 22/12/2009

*Pâquis, sans la racaille, j'adôôôrrre, spécialement les Bains, mais en hiver brrrrrrrrrrrrr pas pour moi, je préfère les vierges, oui les pentes vierges enneigées

Écrit par : Etoile de Neige | 22/12/2009

Comme tous les Gitans et jeunes immigrés ne sont pas mauvais !
Il n'y a pas que les banquiers suisses de biens sur cette planète !
En tous cas beaucoup de banquiers suisse sont derrières beaucoup de misères sur cette terre !

Écrit par : corto | 23/12/2009

Bonjour

Je suis tomber sur ton blog par la plus grand des hasards...ton article est du "deja vu",la presse dans le monde entier donne cette image des "Arabes" mais dans ton cas se sera les "Algeriens".

Tu as choisi des clichés...c'est tellement facile de choisir la population pauvre et d'ecrire a leur sujet,les pauvres ils sont bcp trop bete pour comprendre/réaliser leur malheur ou petitesse.

Je suis Algerienne et je me reconnais pas du tout dans ce que tu ecrie...cela dit je te comprend c'est devenu tellement facile de "TAPER" sur l'arabe de service!

Prend un autre sujet qui te fera grandir...et qui te donnera de la joie!

Écrit par : smile | 03/01/2010

Les commentaires sont fermés.