07/12/2009

Yves Patrick Delachaux : un flic des Pâquis qui nous veut du bien

P1010415.JPG17h30- Café des Trois Rois- 1m80, épaules larges, une boucle à l’oreille gauche, cheveux courts, yeux bleus, une barbe de quelques jours, un foulard indien jaune-orange safran,un jeans délavé, un sweat  shirt American Eagle, avec son  aigle. Il n’a franchement pas l’air d’un flic, ni même d’un ancien flic.  A un détail près, c’est lui qui commence par me poser une série de questions, vieux réflexe sans doute.  Je sens que ça va être compliqué d’inverser les rôles.

Baroudeur,  féru d'aventure, écrivain avec plusieurs titres à son actif : “Flic de quartier” , “Flic à Bangkok” ,”  Présumé non coupable, des flics contre le racisme” ,  “ Grave Panique” (à paraître). Son premier  ouvrages fait acte de résistance, Présumé non coupable proposera  des solutions.

Il parle de son ancien métier avec toute la passion d’un homme qui s’y est engagé à fond. Non seulement il l’a vécu mais encore pensé, réfléchi, sondé, analysé et  proposé des pistes de réflexion.

1993- Sa première affectation était le feu poste de Pécolat aux Pâquis, pour Yves Patrick Delachaux c’était travailler dans ce quartier ou rien.  Il se souvient comme hier de cette année qui amènera son lot de Kosovars, d’Africains, de Maghrébins. Très vite dans ce melting-pot des nouveaux migrants qu’il apprend à connaître, il optera pour l’approche communautaire.

Avec son chef Alain  Devegney avec qui il apparaîtra dans un documentaire en 2001 “Pas les flics, pas les Noirs, pas les Blancs” ils dénonceront  les pratiques discriminatoires, l’état-major commence à grincer des dents sérieux. Il décryptera les mécanismes de la xénophobie, selon lui la cause en  est souvent la méconnaissance et son corollaire,  la haine.  Mais il va plus loin, sous pression de ses supérieurs, gentiment écarté du terrain, décision-sanction,  il s’inscrira à la Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation, il proposera ensuite des formations interculturelles comme pilote des  programmes d’éthique et droits de l’homme au sein de la police. En 2008, il finira par quitter définitivement la profession. Aujourd’hui, il voyage, écrit, dispense ses formations en Europe.

En parlant il ne mâche pas ses mots, un franc-parler qui n’est pas pour déplaire, il constate que l’approche communautaire n’intéresse pas les politiciens et encore moins la police, on préfère l’approche sécuritaire, marquer une nette distance entre la police et le  terrain, mécaniser, robotiser le métier. Les policiers sont transformés en Robocops :  Rangers, veste skinhead, casquette de base-ball, moto noire, gilet pare-balle toute l’année. On enlève à la police sa fonction primordiale basée aussi sur l’échange et le dialogue, la distance est telle qu’on crée plutôt du désordre que de l’ordre. A quel dessein ?  la sécurité c’est un sacré business, caméras de surveillance, outiller de façon sécuritaire assure des levées de budget surdimensionné. Le fossé entre la population et la police se creuse davantage et finit par mettre tout le monde en danger et sans résultat probant.  Même la police genevoise est entrée dans l’ère Nicolas Sarkozy depuis 2002, la politique sécuritaire à tout prix, à n’importe quel prix et sans résultat spectaculaire qui engendre des dysfonctionnements organisationnels catastrophiques pour tous.
Pour preuve,   aux Pâquis seulement en 2009, on dénombre 7 actions coups de poing, rafles ciblées, parfois jusqu'à 120 personnes interpellées de préférence d’origine africaine pour un seul coupable . Coût de l’opération ?

La police genevoise a tous les signes d'une institution autiste, repliée sur elle-même, même en terme de formation, elle n’a pas voulu joindre les formations romandes. Elle préfère avancer en solo, si seule, si sclérosée, si auto-suffisante, si suffisante…..
Yves Patrick Delachaux pourrait parler des heures durant de cette police qu’il a tant aimée et de vous à moi qu’il continue à adorer, la preuve son prochain livre sortira  le 9 décembre et devinez  le titre  ?

Police, état de crise ? Une réforme nécessaire

Editeur Revue économique et Sociale, signé Yves Patrick Delachaux et Frédéric Maillard, préfacé par David Hiler.

La rencontre d’un flic et d’un manager. Essai politique et scientifique qui  pose un constat et offre des résolutions pragmatiques. Pour eux le principal requis est pluridisciplinaire, la police doit s’ouvrir, la police n’ appartient pas à la police, elle appartient à la cité égalitaire de l’Etat de droit.

Pour en savoir plus

http://www.flicdequartier.ch/

Commentaires

Le refoulement des délinquants nigérians qui viennent comme requérants d'asile puis deviennent des NEM pour finalement venir grossir les revendeurs de drogue sur le territoire ne se passe pas si bien que cela. Il aura fallu plus de 61 policiers pour tenir une quinzaine de gars qui n'ont plus rien à perdre. il semblerait que ce genre de rapatriement soit très onéreux et très dangereux pour nos forces. Pourquoi ne pas passer un accord avec un pays tiers comme la Roumanie pour refouler dans un premier temps et coordonner des actions avec d'autres pays européens car nous sommes un peu novices en la matière et si l'UDC persiste à vouloir refouler les délinquants étrangers, il faudra trouver les bons processus de renvoi.

Écrit par : demain | 07/12/2009

Doit pas être très copain avec Minet le gentil poulet.

Écrit par : Djinius | 07/12/2009

Je comprends pas pourquoi vous mentionnez qu'il porte une boucle à l'oreille gauche ? Pourquoi, d'après vous, c'est qu'il serait de gauche ?

Écrit par : candide | 07/12/2009

"Pourquoi, d'après vous, c'est qu'il serait de gauche ?"

Ou alors pire, avec une orientation sexuelle non standard ! Bref, le genre de déviant qui fait frémir.

Écrit par : Djinius | 07/12/2009

"Doit pas être très copain avec Minet le gentil poulet."

Ah bon ? Et pourquoi ça ?

Écrit par : bof | 07/12/2009

Taratata, dites toujours, moi je le trouve très mignon, même plus ...

Écrit par : Odette | 07/12/2009

moi je le trouve même très sexy, wow, tout à fait mon style de mec hmmmm

Écrit par : Armelle | 07/12/2009

hé les filles, touchez pas à mon flic, moi je l'avais déjà entrepris avant vous, na. Et en plus je suis pâquisante...

Écrit par : Jean-Loo | 07/12/2009

y en a des dévoreuses d'hommes sur ce blog...comme quoi, les menottes ça fait toujours fantasmer! Je vais songer à envoyer ma candidature pour la police!

Écrit par : bob | 07/12/2009

Juste pour votre information, Minet a commandé l'essai d'Yves Patrick Delachaux, pas pour savoir de quel côté se porte une boucle d'oreille, mais pour prendre connaissance du contenu de ses écrits.

Après lecture, je déposerai un commentaire, si nécessaire !

Dans l'attente, je vais suivre le discours de Saint-Pierre sur Léman-Bleu !

Écrit par : Minet | 07/12/2009

juste par curiosité, pendant combien de temps a t-il vraiment travaillé dans le terrain ?....on peut s étonner en attendant de toutes ces leçons que les gens donnent avec un seul bagage universitaire ?

Écrit par : vanessa | 08/12/2009

Remarque pertinente de "vanessa".

J'ajouterai même qu'il est peut-être déjà à contre-courant de la réalité du terrain. A voir.

Écrit par : bob | 08/12/2009

Quand il fait référence à ses études universitaires, il devrait avoir l'honnêteté de préciser qu'il les a réalisées sur son temps de travail, en touchant l'entier
de son salaire et ce, au détriment de ses collègues qui assumaient les tâches
qu'il n'accomplissait pas. Aujourd'hui, il a l'outrecuidance de cracher dans la
soupe que hier encore lui servait gracieusement l'Etat de Genève, ce qui en dit long sur la mentalité d'un tel individu.

Écrit par : Baume | 08/12/2009

Mignon ho oui, depuis longtemps... Excelent homme de terrain il a fait du tout grand boulot sur les paquis et ailleurs aussi avec beaucoup de sérieux si nos magistrats de l'époque avaient pu êtres plus à l'écoute...
Ces écrits sont captivants je me réjouis de lire le dernier, continue Yves-Patrick tu est le meilleure.
PS:Tu manque à beaucoup sur la ville. ;-)
Dommage pour ceux qui n'ont pas eu la chance de te connaitre, comme Minet et Vanessa qui critique sans savoir.

Écrit par : Gisous | 08/12/2009

Salueee, c'est moi mon Biquet, te laisse stp surtout pas intimideee par tout ce qu'on dit sur toieeee, tiens bon on les aura à l'usureee.

Écrit par : Jean-Loo | 08/12/2009

Ce cher Delachaux... Voilà ce qu'un flic de terrain (de quartier, un vrai) depuis 12 ans lui répond :

"Vous vous posez en sauveur de la police, spécialiste dans son fonctionnement et expert du travail de rue alors que votre dernière patrouille date d'il y a dix ans au moins... Je suis gendarme et j'ai lu vos écrits, vos romans qui n'ont strictement rien de réel et qui sont pourtant vendus comme de véritables documentaires...

Il est utile de rappeler au lecteur que vous avez utilisé les possibilités internes de cette police malade selon vous pour financer vos formations universitaires. Rappelons que vous avez ensuite craché (pour ne pas dire plus) sur le travail quotidien du policier auprès de la hiérarchie et de la presse afin d'obtenir la place que vous convoitiez, avec un salaire substantiellement supérieur à celui du policier de terrain... Vous l'avez obtenue alors que vous étiez déjà déconnecté de cette réalité du terrain depuis bien longtemps.

Vous avez ensuite fait passer la profession pour un ramassis d'alcooliques racistes, violents et limités intellectuellement, incapable d'empathie dans vos théories et vos divers écrits. Vous avez de vous-même réussi à créer un problème à régler d'urgence auprès de la hiérarchie, tout en imposant vos "solutions".

Vos heures de gloire furent lorsque votre cours "d'éthique", qui consistait surtout à mettre en garde les jeunes policiers contre les "abus", la "torture" et même le "nazisme" qu'ils allaient forcément rencontrer en cotoyant leur furturs collègues plus âgés qui eux, n'avaient pas eu la "chance" d'être formés par vous...

Quand plus tard, heureusement d'ailleurs, les heures de vos "cours" (qui je le rappelle étaient donnés entre autres avec votre livre, qu'il était fortement conseillé aux aspirants d'acheter et qui figurait dans la liste des ouvrages à lire pour le brevet !!!) ont été diminuées, vous avez claqué la porte en méprisant tout le monde, la profession entière a dit : ENFIN !

VOUS êtes méprisable, monsieur. La police a des problèmes qui se situent plus haut que cette hiérarchie que vous fustigez. Un certain courant politique visait à ôter toute autorité et toute légitimité à la police, dans la rue comme dans la presse. Ces hautes sphères se sont imposées jusque dans les hiérarchies intermédiaires qui ont été muselées par cette politique politicienne. Celle-ci s'est rapidement sentie légitimée d'intervenir jusque dans l'opérationnel et le quoditien malgré les avertissements de la hiérarchie intermédiaire, celle issue du terrain et que vous critiquez, celle-là même qui se bat pour que les directives restent le moins contre-productives possible... Vous avez une grande responsabilité dans les dysfonctionnements que vous fustigez aujourd'hui ! Force est de constater que cette politisation a eu des effets désastreux sur le quotidien du citoyen et des prestations de sa police !

Face à la réalité de l'échec, vous et votre "travail" êtes devenus inutiles, ce pourquoi vos "cours" et théories ont vu leur nombre d'heures dans le cursus fondre comme neige au soleil, et ce même sous l'ère Moutinot, c'est dire !!!

Vous êtes intelligent, certes. Alors un peu d'honnêteté intellectuelle s'il vous plaît et gardez le silence sur des sujets qu'il vous est impossible de connaître et encore moins de maîtriser au vu de votre cursus. La rue n'est pour vous plus qu'un lointain souvenir et tout a changé depuis, aussi à cause de vous... Vous n'avez AUCUNE crédibilité, aucune !"

Écrit par : Lionel | 14/12/2009

Jean-Loo..... Si pour vous vous dites flic de terrain....quartier parce que vous avez travaillez 12 ans dans la rue, sachez que Mr.Delachaux à travaillé lui aussi 12 ans dans la rue...
le 1er livre de Mr.Delachaux est sur ces années passé au paquis je ne vois pas comment ça ne peut pas être réel.... ou alors c'est qu'il y a un problème dans votre travail....
Ensuite il na jamais "cracher" sur vous ou vos amis policier.... mais bien contre votre "bonne" hiérarchie.
vous dites "ENFIN" quand Mr.Delachaux est parti... la preuve que des gens comme vous on un esprit...
le travail que Mr.Delachaux est un échec? peut-être, s'il y avait moins de gens comme vous il aurait réussi... comme on dit "heureusement qu'il y a des gens comme vous... comme ça on voit les meilleurs.
Quand on voit ce que vous avez fais pour la police je ne peux que vous dire BRAVO...BRAVO Mr.le policier alias Jean-loo c'est avec des gens comme que ça avance non? j'imagine qu'il y a des gens bien à contrôler (à défaut d'aller vers les méchant) alors je vais vous laissez à vos occupation.

Écrit par : DOS | 31/03/2010

J'ai justement besoin de vous remercier encore une fois. Je ne suis pas sûr des choses que je pourrais éventuellement avoir mis en œuvre en l'absence d'idées intelligentes indiqué par vous au sujet de cette industrie.

Écrit par : free dating site | 30/07/2011

Les commentaires sont fermés.