27/03/2009

Une marguerite perdue dans la ville

 

P1000074.JPG



Brassens aurait aimé, il a consacré quelques belles lignes à cette fleur dont on arrache un à un les pétales, avec un je t’aime, un peu, beaucoup, passionnément….. La marguerite est tombée, si singulière, trois pétales de scandale, la frivole, fleur qui vole,  fleur volée, si légère. Fleur, peuchère…..


Une performance, ou un larcin inachevé ?  Un caddy dans lequel repose un vieux pantalon, puis cette marguerite qui nargue , son oeil jaune soleil vous regarde, ou vous le regardez, on ne sait plus très bien……….

Poésie urbaine,  au petit matin

Les commentaires sont fermés.