02/03/2009

Melting Pot - De l’Ethiopie à la Bretagne

 

Helena.jpg

Carrefour des goûts et des cultures,  creuset des populations, aux Pâquis, la tentation était grande d’appeler son restaurant  Melting Pot. Helena, la voyageuse, ne s'en est pas privée. Elle a repris un restaurant à la rue de la Navigation, l’a décoré de  petites lumières scintillantes un peu partout, de plantes vertes, de miroirs,  de bougies, un  sofa qui invite le voyageur au repos. Doux mélange de saveurs et de couleurs. Le regard  navigue surpris, étonné, interpellé, il s'accroche à une multitude d'objets empreints de poésie et de nostalgie. L’ambiance y est chaleureuse, la patronne dynamique et sympathique, elle a un  mot gentil pour tout le monde.

Helena , c’est un petit bout de femme qui vous ébouriffe la tête  en quelques minutes. Elle est pétillante, son resto, c’est elle tout entière, il est à son image, elle le couve du regard, le surveille. C’est son bébé et elle me propose cette  jolie métaphore, “comme une mère qui allaite, tu ne quittes pas ton enfant, jusqu’à ce qu’il ait suffisamment grandi.” Genevoise d’adoption, elle est née à Addis-Abeba en Ethiopie, a été élevée,  dès l’âge de huit, par sa grand-mère à Asmara en Erythrée. Puis, c’est la guerre, il faut s'enfuir, elle est emmenée au  Soudan, accueillie comme  réfugiée de guerre en Suisse. D’autres séjours après coup, à Milan puis à Chicago la forment et la transforment.

Touche à tout, elle a essayé assistante dentaire, assistante en pharmacie, infirmière, esthéticienne, vendeuse, décoratrice, interprète pour les réfugiés, son baluchon, à chaque nouvelle expérience, s'enrichit.  Enfin, la cuisine l’attire et la happe entièrement. Sa patente de cafetière-restauratrice en poche, Jean-François Schlemmer des Bastions “son idole, son mentor, celui qui lui a donné sa chance “  - note, note, insiste-t-elle - lui tend la perche. Il lui confie la responsabilité du kiosque des Bastions et c’est lui aussi qui lui offrira  la cuisinière pour son restaurant.  Contacts avec les fournisseurs,  gestions des équipes, elle apprend son métier sans perdre de vue qu’elle vise avant tout son indépendance  et espère se mettre à son compte.

Elle travaille chez des crêpiers à Genève, pas très satisfaite, qu'à cela ne tienne, elle part aussitôt en Bretagne apprendre le métier et en reviendra, très fière,  avec un certificat de crêpière. Elle avait d’abord pensé appeler son restaurant “passer composer” parce que chacun crée et imagine sa crêpe ou sa galette ingera, galette en farine de sarrasin qui se mange en Ethiopie et en Erythrée et que l’on garnit de viande et de légume à choix.

Pendant notre entretien, des personnes entrent, Helena les salue, leur sert un café torréfié maison, elle discute, offre généreusement le café, le thé à la citronnelle.  Elle revient s’asseoir en face de moi , toute souriante et je la regarde, reine au milieu de son restaurant ou princesse-nomade qui s’est arrêtée un moment  aux Pâquis, oasis où il fait bon se reposer, avant un autre grand départ pour de nouvelles aventures ?
Helena se résume en trois mots – Déterminée, va jusqu’au bout de ses rêves et adore les gens.

Pour en savoir plus
Melting pot
8, rue de la Navigation
Pâquis

http://www.resto-rang.ch/view_comment.cfm?restono=1552&canton=ge

Commentaires

Bonjour,

Bravo pour votre article, j'ai été plusieurs fois dans ce restaurant,le Melting Pot, l'accueil et toujours très chaleureux de la part de la patronne dont je ne connaissais pas sont parcours de vie.

Glibette

Écrit par : Glibette | 03/03/2009

Les commentaires sont fermés.