04/12/2008

Rue de Zürich - On a visé la muette !

IMG_0262.JPG

 Que s'est-il passé en 2001 ? L'horloge du Temple des Pâquis s'est soudainement arrêtée à 10h29. Une météorite ?  Un entêtement soudain, ne plus avancer, renoncer au temps des hommes pour s'immobiliser à tout jamais. Un refus têtu de servir les pâquisards. Certains se consolent en disant qu'elle est à l'heure au moins deux fois par jour.

D'autres mauvaises langues prétextent que c'est l'occase pour les clients d'avoir un rab auprès de ces dames . "Salut beauté ! On crapahute jusqu'au prochain carillon leur propose-t-on ? Et au profiteur  de savoir qu'elle ne carillonne plus depuis belle lurette et que même elle n'a jamais carillonné, mais souvent les encore innocentes qui viennent de débarquer dans le quartier l'apprennent à leurs dépens.

Les grands esprits en passant devant elle, devisent, philosophent. Le temps qui marque les naissances et les morts nous plonge dans l'éternité par cet arrêt sur 10h29. C'est pour nous rappeler que dans le fond notre temps est dérisoire, qu'il est éphémère, délétère que la vie ici-bas est de bien courte durée et que nous ne sommes que de passage.

Bref, muette en 2001, la cible d'un fou en 2002 et qui lui a tiré dessus, notre magnifique horloge du Temple mériterait bien d'être remise à l'heure, au service des hommes, des femmes et des enfants de l'école d'en-face.

L'horloger cantonal s'est perdu dans les méandres de l'administration, le seul autorisé à la réparer est comme l'horloge : Muet , croulant sous une pile de dossiers poussiéreux, hors temps, dans un bureau de la grande administration genevoise.

Enfin, l'heure juste ! On pourra à nouveau philosopher en passant devant l'horloge. Tiens par exemple, il me revient à l'esprit ce dicton : Les lois et les institutions sont commes des horloges; de temps en temps, il faut savoir les arrêter, les nettoyer, les huiler et les mettre à l'heure juste. Je ne sais plus si je faisais référence à l'horloge ou l'horloger cantonal. Bref, ce qui est valable pour l'horloge  l'est pour l'horloger invisible.

En y pensant, où  est  passé l'horloger cantonal ?

 

 


IMG_0261.JPG

Inauguré le 14 juin 1868 en présence d’une grande foule " désireuse de témoigner la joie que lui causait le succès de cette pieuse entreprise" la première pierre de cet édifice de style né-roman avait été posée le 8 avril 1867. Le temple des Pâquis dû  aux architectes Junod et Cramer s'était vu offrir des vitraux par le pasteur Eugène Picot.

Pourvu d'un orgue en 1914, le Temple en janvier 1917 refait peau neuve. A cette occasion, il reçoit une horloge remplaçant l'originale à 4 cadrans et entraîne la rénovation du clocher A l'instar du temple de plainpalais  on fait enlever les grilles désormais inutiles qui entourent l'édifice.



 

 

14:45 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.